Jeudi après-midi prochain, j’accompagne la classe pour une sortie sportive (genre course). Faut que je m’échauffe !

avril 13, 2013 dans ma vie

 

La maîtresse va sûrement me reprocher de ne pas être en survêt, mais je n’en ai pas.

Parce que le sport, je ne suis ni croyant ni pratiquant.

Sauf si tu comptes déplacements en trottinette et cerf-volant, comme sport. Et troisième sans ascenseur. Et ping-pong avec le préado de temps en temps, catégorie brèle de square sur table en béton et filet en acier quand il fait beau, chaud et qu’il n’y a pas de vent.

Le fait de ne pas être pratiquant ne pose aucun problème, il suffit de décliner ponctuellement des invitations saugrenues à aller courir (après quoi ?), ou taper dans un ballon (qui ne m’a rien fait).

En revanche, ne pas être intéressé par la chose sportive est un handicap social considérable lorsque tu côtoies la gent masculine. Y’a des mecs qui disent “t’as vu le match ?” comme tu dis bonjour. L’autre jour, un ami ne voulait pas me croire quand je lui disais que j’ignorais qu’il y avait un match PSG-Barça.

Je ne sais pas d’où me vient ce peu de goût pour le sport.

Enfin si, en fait, il me vient de mon enfance, des vestiaires et leurs blagues (rayez les mentions inutiles) misogynes, homophobes, graveleuses, humiliantes pour les faibles, les gros, les binoclards et les premiers de la classe. Parce que tu peux briller en sport en étant con comme une huître et méchant comme un militant de civitas.

P.S : Je sais que l’image n’est pas totalement appropriée mais j’adore Coup de Torchon de Tavernier.